POTO-POTO

HISTOIRE

Troisième arrondissement de la ville et l'un des plus anciens, l’arrondissement de Poto-Poto a été fondé vers 1900 à la place des marais peu salubres et de la localité pré-coloniale d'Okila. Il est planifié en 1911 par les administrateurs Latapie et Butel, avec un plan en damier caractéristique et des lotissements modèles pour « Africains ». Autour de la Maison Commune (1943, Erell arch.) subsistent quelques cases de cette époque en briques et toits de tôles de quatre pans.

À la fois populaire et cosmopolite, Poto-Poto couvre aussi le centre-ville, siège des administrations et des affaires. Depuis les années 1980, des immeubles y ont été érigés dans la partie la plus ancienne, autour du Rond-Point de la France Libre inauguré par Jacques Chirac en 1996

Le Vieux Poto-Poto, autour de la rue Mfoa, a été magnifiquement évoqué par l'écrivain congolais Tchicaya U Tam'si dans son roman Ces fruits si doux de l'arbre à pain:

POINTS D’INTÉRÊT

. La Basilique Sainte Anne
La cathédrale du Sacré-Cœur
Le stade Félix Éboué
La Mairie centrale (Hôtel de ville)
L’Immeuble « Air-France »
Le Palais de Justice
La Place du Sacrifice Suprême
Le Palais de l'état-major
La grande poste (Monument Jacques Opangault)

Œuvre de l’architecte Roger Lelièvre connu sous le nom de Roger Erell (1907-1986), la basilique Sainte-Anne du Congo a été construite à la demande du père Nicolas Moysan et de Monseigneur Paul Biéchy en souvenir des pionniers de l’Afrique Equatoriale Française dont Brazzaville était la capitale. Elle fut inaugurée en 1949. Beaucoup de noms sont donnés à Sainte-Anne dont l'appellation de « Sanctuaire souvenir de la France-libre ». Très endommagée pendant les conflits de 1997, elle a été réhabilitée entre juillet 2010 et janvier 2011.

Tout près de la basilique, se trouve le Stade Félix Éboué qui est également l’œuvre de Roger Erell (1907-1986). Inauguré en 1944 par Charles de Gaulle, le Stade Félix-Éboué présente une superbe tribune monumentale de 9 arcades géantes en briques remplies d'un treillis de ciment reproduisant des formes géométriques issues du cercle et du carré. C’est le sculpteur B. Konongo qui réalisa les gargouilles en pierre ornant les douves. En 1957, on posa devant la statue de Félix Éboué par le sculpteur Jonchère, grand prix de Rome.

Construite à partir de 1892 et perchée sur les hauteurs du quartier l’Aiglon, la cathédrale du Sacré-Cœur est l’œuvre de Monseigneur Prosper Augouard. Agrandie en 1904 (tours) et en 1911 (transept), cette cathédrale, dont la très jolie façade de briquettes ocres ferme le côté nord du parvis, est la plus ancienne d’Afrique Centrale. Dans la cour de l’évêché de la cathédrale Sacré-Cœur, se trouve le Monument Monseigneur Augouard construit en mémoire de celui qui a créé l’Eglise catholique au Congo en 1883.

Créée en 1980 à la place d'un ensemble de style colonial, la Place du Sacrifice Suprême est ornée en son centre d'une statue du président Marien Ngouabi, assassiné le 18 mars 1977. Non loin du Palais du Peuple, se trouvent le mausolée du président Marien Ngouabi, ex-président assassiné, et la tombe d’Ambroise Edouard Noumazalay, ancien secrétaire général du Parti congolais du Travail, ex-premier ministre, ministre et président du Sénat.

Inauguré en 1955, le Palais de Justice est l’œuvre de l'architecte Normand. Son architecture climatique lui permet d’être adaptée aux pluies, aux vents dominants et à la lumière.Inauguré en 1963 à l'emplacement de la première mairie et du bourg précolonial de Mfa ou Mfoa, la Mairie centrale (Hôtel de Ville) est un bel exemple d'architecture climatique développant une fausse asymétrie très étudiée.

Le Mausolée de Pierre Savorgnan de Brazza a été réalisé en 2005-2006. De style néo-classique, il comprend une bibliothèque, un musée et un mausolée où se trouve la dépouille de l’explorateur français. Dans le petit jardin qui entoure le bâtiment, a été érigée la statue de Pierre Savorgnan de Brazza.
L’Immeuble « Air-France » a été achevé en 1952 par l'architecte Hébrard, qui a adapté les principes de Le Corbusier au milieu équatorial. Cette « Cité Radieuse » congolaise, qui offrait 63 appartements, était surmontée d'un jardin suspendu avec arbres et jets d'eau. Le mobilier créé à l'époque par Jean Prouvé a été pillé et revendu à l'étranger depuis quelques années.

Le Palais de l'état-major a été construit en 1913. Il a abrité durant la Seconde Guerre mondiale les travaux du général de Gaulle et de Leclerc préparant la reconquête. Belle architecture coloniale trop remaniée en 1982 pour accueillir l'Assemblée nationale populaire. La Poste Centrale est une construction de style Art déco (1931).

Le Couvent Javouhey : le plus ancien établissement religieux féminin de Brazzaville a été fondé dès 1892 par les sœurs de Cluny dirigées par la mère Marie Dédié, première Blanche à venir sur les rives du Congo. En 1895, environ sont achevés les beaux édifices visibles aujourd'hui au fond d'une impasse cachée par le trop massif lycée Lumumba.

Réalisée en 1969-1970 par un collectif d'artistes locaux, issus notamment de l'École de peinture de Poto-Poto dont Emile Mokoko, Michel Hengo, André Ombala et Jean Itoua, la Fresque de l'Afrique évoque l'histoire du Congo des origines aux années 1960. Le bâtiment sur lequel apparaît la fresque est le porche d’entrée de l’ancien palais de l’Artisanat, un marché couvert réalisé par l’architecte français Erell en 1950 et démoli en 1985. Ce fronton sert aujourd’hui d’entrée à l’immeuble ARC.

La Case Tréchot est la plus ancienne maison privée de Brazzaville, construite en 1888 et agrandie jusqu'en 1905. Ancienne résidence des frères Tréchot, fondateurs de la CFHBC (Compagnie française du Haut et Bas-Congo, compagnie concessionnaire), elle abrite aujourd’hui l’actuelle Ambassade de la Fédération de Russie.

La Tour Nabemba est un gratte-ciel de 30 niveaux inauguré en 1990, qui a la forme d’un tronc d’arbre et loge quelques administrations et sociétés privées. Construit au cœur de la ville en 1953 par Charles Cazaban-Mazerolles, l’ex-cinéma Le Vog est caractéristique des années cinquante avec son auvent audacieux aux lignes pures et sa décoration intérieure. C'est le premier cinéma congolais à avoir associé salle de projection et café (ex-Entracte).

Construite en 1905, la Case des Messageries Fluviales est une case à pilotis, dotée d’escaliers à double révolution, de volets à persiennes et de galeries. Elle abritait les bureaux des Messageries fluviales fondée par Alphonse Fondère en 1900. Elle a hébergé ensuite les bureaux de l'Agence transcongolaise de Communication (ATC).

La Gare ferroviaire de Brazzaville a été inaugurée en 1932. Elle fut le lieu de rencontres des syndicalistes pendant les événements des 13, 14 et 15 août 1963, appelés « Révolution congolaise » ou «journées des Trois glorieuses». On l’appelle aujourd’hui « La Place de la Liberté ».