MOSSENDJO

Découverte par le lieutenant de vaisseau Mizon, un compagnon de Pierre Savorgnan de Brazza, Mossendjo, peuplée de quelque 40 000 habitants, est au coeur d’un pays forestier et minier, qui a longtemps profité du manganèse gabonais qui transitait autrefois par la région avant d’être évacué par le port de Pointe Noire.

DU MANGANÈSE AU MÈNERAI DE FER

La cité est située dans une région agricole et sylvicole, où les peuples Mbérés-Nzabis et Bakota exploitent la forêt, cultivent du manioc, de l’arachide, du café, du cacao, de la banane, de la patate douce et un peu de riz paddy ou s’adonnent à la pisciculture. Mais la localité doit sa prospérité à la forêt, qui l’environne. Riche en essences nobles – limba notamment, cette forêt couvre le massif du Chaillu sur une superficie de 3,5 millions d’hectares, soit trois fois et demi plus vaste que celle du Mayombe.

Son exploitation est devenue rentable dans les années 1960 avec l’ouverture par la COMILOG (Compagnie minière de l’Ogooué) d’une ligne de chemin de fer permettant d’évacuer vers Pointe-Noire le manganèse de Moanda, au Gabon. L’arrêt du trafic lui a porté un coup dur, même si la ligne est aujourd’hui exploitée par le CFCO et sert à évacuer les produits du terroir. L’exploitation future des gisements de fer de Mayoko, plus au nord, devrait donner un second souffle à la ville. Pour renforcer la vocation forestière de Mossendjo, une École nationale des Forêts y avait été installée.

BALADE DANS LE MASSIF DU CHAILLU

De Mossendjo, on peut faire de nombreuses excursions, notamment dans le massif du Chaillu, qui est à cheval sur le nord du département du Niari et le sud du Gabon. Dans la direction de Mayoko, la piste gravit la montagne couverte de forêts. Du fait de l’altitude et de la profondeur du sous-bois, le climat y est très clément.

Près de Mayoko, les monts Lékoumou et Makengui recèlent des gisements de fer. Au milieu des années 2000, des sociétés minières se sont établies dans la zone où elles ont obtenu des permis. L’exploitation du fer est pour le moment gelée en attendant une remontée des cours mondiaux du minerai.

À une vingtaine de kilomètres de Mayoko, on ira voir les chutes de Mandolo et de la Louéssé. Plus au nord, à Mbinda, se trouve le terminus de la ligne de chemin de fer de la COMILOG. C’est là qu’aboutissait le manganèse gabonais de Moanda, après avoir emprunté un téléphérique de 76 km.

ACCES A MOSSENDJO

À 190 km au nord de Dolisie par la RN3. À 543 km de Brazzaville par le RN1 bitumée et par la RN3 non bitumée à partir de Dolisie