KAYES

NKAYI

Situé dans le district de Kayes, Nkayi n’a pas le statut de chef-lieu de département, mais elle est une commune de pleine exercice et la capitale économique de la Bouenza. La ville s’est d’abord développée autour des activités ferroviaires, avant de devenir la capitale du sucre congolais dont la production est réalisée à Moutéla, à une dizaine de km de Nkayi, par la Société Agricole de Raffinage Industriel du Sucre (Saris). Propriétaire d’une concession de 20 000 ha sur laquelle sont plantés 12 000 ha de cannes à sucre, la Saris produit environ 70 000 tonnes de sucre par an.

L'ANCIENNE JACOB

A sa création en 1934, la ville s’appellait Jacob, du nom du Français Léon Jacob, le premier ingénieur des travaux à avoir étudié un projet de voie ferrée entre Brazzaville et la côte Atlantique, dès 1887-1888. Le projet de chemin de fer ne se concrétisera toutefois que près de 50 ans plus tard. Un an après la création de la ville, Léon Jacob meurt, à l’âge de 82 ans. Comme Dolisie, la cité s'est peu à peu développée autour de la ligne du Chemin de fer Congo-Océan (CFCO) et de la gare.

JACOB DEVIENT NKAYI

En 1971, sous le régime marxiste, l’entreprise est nationalisée et la ville est rebaptisée Nkayi. Suite à une mauvaise gestion, la production de sucre chute, portant au passage un coup à l’économie locale. En 1991, l’entreprise est privatisée ! C'est le groupe Somdiaa, dirigé par la famille Vilgrain, qui reprend la sucrerie et la nomme Saris Congo.

En 2007, l’entreprise fait l’acquisition à Madingou d’une usine de broyage de calcaire, utilisé pour l’amendement des champs de cannes à sucre. En dehors de son utilisation industrielle, la canne à sucre est consommée traditionnellement comme « canne de bouche ». Elle est aussi parfois utilisée pour fabriquer le vin de canne, appelé "lungwila"

UNE HISTOIRE DE SUCRE

En 1947, la famille française Vilgrain fonde la Société Industrielle et Agricole du Niari (SIAN). La sucrerie voit alors le jour, ainsi qu'une huilerie d'arachide et une minoterie, spécialité des Vilgrain qui dirigent alors les Grands Moulins de Paris. L'usine traitait la canne produite sur plus de 200 km2 autour de Jacob. L’implantation de la SIAN donne une nouvelle impulsion à la ville dont la population passe de 500 habitants en 1954 à 13 000 âmes en 1962.

LA VALLÉE DU NIARI

De Nkayi, on peut se rendre par la RN 1 dans les petites localités de la vallée du Niari, dont la voie ferrée du CFCO suit le cours sur près de 200 km. Grande voie de passage entre la côte atlantique et le Pool, cette vallée fut d’abord empruntée par la « piste des caravanes », avant de l’être par le CFCO et la RN1. Ce réseau de communication a favorisé l’implantation de cités vivant du trafic ferroviaire et routier et/ou d’activités industrielles. La plupart sont divisées en deux. Ainsi Madingou, le chef-lieu de la Bouenza, compte deux zones : Madingou Poste et Madingou Gare. Tel est le cas également de Loudima ou de Bouansa.

ACCÈS A NKAYI

À 287 km à l’ouest de Brazzaville et à 72 km à l’est de Dolisie par la RN 1 bitumée.